Objectif reflex » Non classé » Focus sur la sécurité des données bancaires virtuelles

Focus sur la sécurité des données bancaires virtuelles

Sans titre-6

Avec le boum des banques en ligne et des enseignes 100 % mobile, nous entrons dans une nouvelle ère où la sécurité des données bancaires est d’une importance capitale. La CNIL propose déjà plusieurs outils et normes qui servent de rempart afin de mieux lutter contre les fraudeurs. Cependant, selon certains, cette solution est loin d’être suffisante. Pour une sécurité des données bancaires garanties, il est nécessaire de prendre en compte d’autres éléments plus fiables. Mais lesquels ?

L’intelligence artificielle pour venir en aide aux banques

Jusqu’à présent, les établissements usent de l’intelligence artificielle dans le but de débusquer les malfaiteurs. Et c’est une alternative qui a dors et déjà permis d’identifier près de 90 % des escrocs depuis ces dernières années. Toutefois, le marché s’élargit de plus en plus. Sans compter que la CNIL autorise désormais aux banques du même groupe de partager des renseignements confidentiels concernant leur client, le tout, sans passer par une autorisation préalable. Il suffit simplement que les démarches respectent les normes imposées par les règlements de l’organisme. Pour regrouper rapidement vos crédits, il est plus intéressant de trouver en ligne une banque pouvant répondre à vos besoins.Plus d’information ici.

Que renforcer dans la sécurisation des données ?

10 % de risques d’être victime de fraude : c’est déjà un chiffre important. Notamment quand on sait que les fraudeurs sont de plus en plus minutieux et profitent de chaque faille chez le prestataire pour se renflouer.

Et force est de constater que c’est surtout le manque d’information qui constitue la première faille. Avec une base de données unique qui liste toutes les pièces d’identité ayant fait l’objet de vol ou de perte, la banque aura en main un atout afin de limiter les risques pour les consommateurs. Cette dernière, pour être efficace, devant être mise à jour en temps réels par des organismes indépendants. Cela permettrait de non seulement protéger les banques, mais aussi le compte des clients et éviterait les situations de surendettement à cause d’une demande de crédit frauduleux.

Une autre possibilité serait aussi d’installer une alerte entre tous les établissements financiers en cas de fraude. Plus simple, mais tout aussi efficace, cette approche devrait permettre la rapidité de transmission d’information et ainsi de limiter les possibilités de financement des escrocs.

Laisser un commentaire